Collection Lambert
en Avignon
5 rue Violette
84 000 Avignon
Ouvert tous les jours
sauf le lundi de 11h à 18h.
Juillet/août : tous les jours
de 11h à 19h.
Une performance des Ateliers du Panorama
08 juil. > 13 juil. 2017

LE SLEEPWORKER

D'après le roman de Cyrille Martinez, Deux jeunes artistes au Chômage

LE SLEEPWORKER

Une performance des Ateliers du Panorama 

Mise en scène François Sabourin


D'après le roman de Cyrille Martinez

Deux jeunes artistes au Chômage 

Éditions Buchet/Chastel « Qui Vive », 2011

 

Réservations : fanny.p.collectionlambert@gmail.com

Tarif : 15 euros - 10 euros - de 26 ans

The Sleepworker
zoom < >
image 1
The Sleepworker

À New York New York, Andy et John sont deux jeunes artistes au chômage qui se grisent de vernissages underground, de soirées drague et de poésie sonore. On reconnaîtra peut-être, derrière ces personnages, l’image réinventée d’Andy Warhol et de John Giorno, l’unique acteur du film Sleep, mais ce n’est qu’un détail dans cette histoire de sommeil, d’art plastique et de poésie. Une épopée poétique, musicale et graphique où se mesure sur fond de guitares le potentiel électrique des premières fois.

 

Pour Le Sleepworker, François Sabourin s’entoure de deux musiciens, un plasticien et une scénographe. Ensemble, ils livrent une performance qui emprunte à la force incantatoire du rock. Lignes de guitares, boucles rythmiques, poèmes graphiques, images en mouvement et poésie sonore dialoguent sur le plateau, creusant une longue descente en rapides dans la matière du roman de Cyrille Martinez.

 

Dans un aller-retour constant entre images, musique et mots, la performance brosse le portrait électrique de John et Andy et décrit l’entrée des personnages dans un monde où l’art est à la fois une pratique, un mode de sociabilité et peut-être aussi une orientation professionnelle. Il s’agit de rendre visibles les conditions d’existence des poètes et des artistes d’aujourd’hui : rapport au monde du travail, création d’une économie adaptée, typologie des lieux fréquentés, manière de se

présenter, liens aux institutions, acquisition de la légitimité.

Le Sleepworker est une invitation à glisser dans l’intimité de ces artistes et poètes en devenir : l’esquisse d’une pensée essentielle, nécessaire et politique traduisant parfois crûment les rapports d’échange entre soi et le monde. 

Du désir impérieux de créer quelque chose à partir de ce que l’on est, et de s’en sortir.

 

La salle est plongée dans le noir. Visage blanc, souffle régulier, muscles déliés, debout sous un halo de lumière,derrière un micro sur pied, illuminé, sonorisé, John vient de monter sur scène. Il sait pourquoi il est là, il sait exactement ce qu’il a à faire. Il est prêt à donner de sa personne. Il est prêt à ouvrir sa bouche et à ouvrir son coeur, il est prêt à ouvrir sa bouche et à ouvrir son coeur. Ce soir il est John le poète